Jump to content

pour quand la guerre?


dans combien de temps les premieres attaques ?  

You do not have permission to vote in this poll, or see the poll results. Please sign in or register to vote in this poll.

Recommended Posts

j'chais plus ou j'avais lu que c'etait israel qui fait pression pour que ca pete,selon un diplomate de je sais pas quel pays.quand je vois q'ils ont pas hesite a broyer une americaine pro-palestien au bulldozer,c'est p'tet vrai.

Link to comment
Share on other sites

  • Replies 56
  • Created
  • Last Reply

Top Posters In This Topic

Top Posters In This Topic

Ouais à 1 H 00 GMT, soit 2 H 00 chez nous. De toute façon ils vont faire un peu joujou avec leurs nouveaux bombardiers et leurs apaches et puis après il vont se prendre une raclée :o

 

D'ailleurs quand un soldat américain moeurt tout le monde en parle, mais quand des dixaines d'irakiens moeurent, tout le monde c'est tape :nerveux:

Link to comment
Share on other sites

ils ont confirmé aux infos qu'il y a des combats violents près de bassora.

ça commence déjà, ils pensent avoir l'appui de la population à majorité schites

 

bon désolé je sais pas comment ça s'écrit :eek:

Link to comment
Share on other sites

le facteur a raison, ils disent aussi d'ailleur que des attaques aurait commence vers a la frontiere avec le koweit!

mais ils ont dit que c t que des rumeurs !

 

enfin toute facon, la guerre est inevitable :(

 

 

RP1700 > je sais pas si ils vont pas plus insister sur le nombre d'irakien mort; du moins jveux dire les soldat irakine,s pour montrer que les USA sont plus puissant! mais c sur quils vont pas se vanter des pertes civiles !

 

pis apres la guerre, les batiemnt seront demolie etc, alors les usa vont reconstruire, et revendre; puis s'approprir les reserves etc ...

Link to comment
Share on other sites

Si c saddam le pb y'a k'a lui envoyer un commando et l'assassiner !  

 

Y a un traité de je sais plus quoi qui stipule qu'on peut pas tuer les président ou les dirigeants d'un pays. Ba vi, sa serait trop facile après, t'es contre la guerre chirac... Boom, tes mort...

 

et il existe pas une lois aux usa qui dit simplement qu'il est interdi de TUER ???? si les politicos respectaient les lois ca se saurait...

Link to comment
Share on other sites

Salut

 

Elle est commencé mais a petite dose principalement contre Saddam :

 

Les Etats-Unis tentent d'abord de "décapiter" le régime irakien

 

BAGDAD, 20 mars (AFP) - Moins de deux heures après l'expiration de l'ultimatum américain pour un départ du président irakien, les Etats-Unis ont mené jeudi des premières opérations limitées en Irak avec des tirs de missiles sur Bagdad visant peut-être Saddam Hussein, mais sans déclencher le déluge de bombardements généralement attendu, ni d'offensive terrestre immédiate.

 

Les bombardements sur des objectifs non identifiés de la périphérie de Bagdad ont commencé quelques minutes après le déclenchement des sirènes dans la capitale irakienne, vers 03h35 heure française (05h35 locales), provoquant une riposte de la DCA.

 

Peu après, le président américain George W. Bush a annoncé officiellement le début des opérations militaires contre l'Irak, lors d'une allocution de quatre minutes prononcée depuis la Maison Blanche (lire par ailleurs).

 

Saddam localisé par la CIA ?

 

Les attaques ont eu lieu pour tenter de profiter d'"opportunités" contre des cibles pouvant se déplacer, a déclaré ce porte-parole, le capitaine Mike Brown, sans autre détail.

 

La chaîne de télévision américaine CNN a rapporté que les attaques initiales visaient à "décapiter" les dirigeants du régime de Saddam Hussein, voire le président lui-même, en le manquant à l'évidence. Une thèse minimisée par un haut responsable du Pentagone.

 

 

Selon NBC, citant des sources militaires américaines anonymes, ces premiers raids ont consisté en vagues de bombardements de précision visant des installations du pouvoir irakien, sur la foi de renseignements de la CIA.

 

Selon ces renseignements, le président irakien se trouvait dans un bunker à Bagdad, où il dirigeait une réunion de sa direction militaire, a précisé la chaîne.

 

Selon NBC, un bunker dans Bagdad a été frappé par une bombe perçante d'une tonne, spécialement conçue pour détruire ce genre d'abri.

 

L'équipe Bush, qui n'avait visiblement pas prévu de démarrer la guerre ainsi, a donc tenté un coup de dés, en visant d'abord la tête du régime.

 

La réplique (verbale) irakienne

 

Plus d'une heure après les derniers bombardements, Saddam Hussein est cependant apparu sur les écrans de la télévision irakienne et a appelé le peuple irakien à la résistance, promettant la victoire (lire).

 

Il n'était pas possible de déterminer s'il s'agissait ou non d'un message pré-enregistré.

 

La radio irakienne a quant à elle promis de transformer l'Irak "en un cimetière pour les envahisseurs". "Par Dieu, les envahisseurs mercenaires ne passeront pas. Ils ne connaitront que l'échec. La terre de l'Irak continuera à être pure (...) Longue vie à l'Irak et longue vie au président Saddam Hussein", a affirmé le commentateur.

 

Les frappes massives restent à venir

 

"Ce n'est pas le début de la grande campagne", a affirmé une source du gouvernement britannique sous le couvert de l'anonymat, ajoutant: "C'est un exemple de ce que peut faire la technologie militaire moderne lorsqu'on a une cible que l'on estime opportun d'attaquer".

 

Un responsable américain avait auparavant affirmé également que "C'est quelque chose de limité. Ce n'est pas le +jour A+", c'est-à-dire le début d'une campagne aérienne massive".

 

CNN a indiqué de son côté que les frappes de jeudi avaient été décidées parce que s'est présentée "une opportunité de cible" à Bagdad ainsi qu'une autre au sud de la capitale, où des dirigeants du régime pouvaient se trouver. Ces frappes étaient un prélude à la guerre proprement dite, a ajouté CNN, citant des sources militaires.

 

Aucune confirmation n'était immédiatement disponible auprès du Pentagone.

 

Ces premiers bombardements ont été réalisés par des avions bombardiers furtifs F-117, des bombardiers stratégiques B-52 et des missiles de croisière lancés à partir de navires dans la région.

 

Cette salve a été accompagnée d'opérations clandestines de sabotage toujours en cours, selon la même source.

 

Premiers raids

 

Surprenantes parce qu'elles étaient plutôt prévues de nuit par les experts, trois séries de raids et de bombardements ont frappé plusieurs sites dans la capitale irakienne à l'aube, 90 minutes après l'expiration de l'ultimatum lancé par Washington à Saddam Hussein pour qu'il quitte l'Irak.

 

Les premières frappes sur Bagdad, qui ont duré environ un quart d'heure, ont touché des objectifs non identifiés à la périphérie de la capitale. Les témoins dans le centre ville, dont les rues étaient totalement vides, ont pu voir au loin une gerbe de flammes et des nuages de fumée, alors que résonnaient de fortes déflagrations.

 

Un deuxième raid visant le sud-est de la capitale est intervenu peu après 04h00 heure française. Les journalistes de l'AFP ont vu une énorme boule de feu et une fumée noire qui se dégageait de cette zone.

 

Une troisième série de raids a frappé la même zone une demi-heure plus tard, à 04h36 heure française, a constaté un journaliste de l'AFP. Des colonnes de fumées noire se dégageaient de ce secteur mais il était impossible de déterminer dans l'immédiat la cible exacte des bombardements.

 

Selon un officier à bord du porte-avions Kitty Hawk, dans le Golfe, plus de 40 missiles ont été tirés des navires dans le Golfe, en mer Rouge et en Méditerranée.

 

Frapper fort

 

Le président Bush a souligné dans son allocution que les Etats-Unis avaient l'intention de frapper fort dès le début pour limiter la durée du conflit.

 

"Maintenant que le conflit a commencé, la seule façon de limiter sa durée est d'appliquer une force décisive, et je vous assure que ce ne sera pas une campagne de demi-mesures", a-t-il déclaré en affirmant que le président irakien avait placé des troupes et du matériel militaire dans des zones civiles afin de se servir de la population comme de "boucliers humains".

 

"L'Amérique affronte un ennemi qui n'a aucun respect pour les conventions de la guerre et les règles de la morale", a dit M. Bush.

 

"Saddam Hussein a placé des troupes et des équipements irakiens dans des zones civiles, tentant d'utiliser des innocents, hommes, femmes et enfants, comme boucliers humains pour son armée, une dernière atrocité contre son peuple", a poursuivi le président américain.

 

M. Bush a promis aux "Américains et au reste du monde" que "les forces de la coalition feront tout leur possible pour épargner les civils".

 

L'invasion n'a pas commencé

 

Aucune information n'a été immédiatement donnée sur le déclenchement d'une éventuelle offensive des forces terrestres américaines et britanniques massées dans le nord du Koweit.

 

Les Etats-Unis ont déployé dans la région du Golfe et alentour 255.000 hommes, appuyés par plus de 700 avions, des hélicoptères, des navires et des chars. La Grande-Bretagne y a mobilisé de son côté quelque 45.000 soldats.

 

"Libérer le peuple irakien"

 

WASHINGTON, 19 mars (AFP) - Voici le texte intégral de l'intervention prononcée mercredi soir par le président américain George W. Bush (voir la vidéo de CNN) pour annoncer le déclenchement des hostilités contre l'Irak, selon une traduction de l'Agence France-Presse :  

 

"Chers concitoyens. A cette heure, les forces américaines et de la coalition ont engagé les premières opérations militaires pour désarmer l'Irak, libérer son peuple et défendre le monde contre un grave danger.

 

Sur mes ordres, les forces de la coalition ont commencé à frapper des cibles militaires sélectionnées pour saper les capacités de Saddam Hussein à mener une guerre. Il s'agit des premières étapes de ce qui sera une campagne vaste et concertée.

 

Plus de 35 pays fournissent un soutien crucial qui va de l'utilisation de bases aériennes et navales à l'assistance en matière de renseignement ou de logistique et au déploiement d'unités de combat. Chaque pays de cette coalition a choisi de remplir son devoir et de partager l'honneur d'agir pour notre défense commune.

 

Je dis à tous les hommes et femmes des forces armées américaines se trouvant actuellement au Moyen-Orient: la paix d'un monde troublé et les espoirs d'un peuple opprimé dépendent maintenant de vous. Vous méritez cette confiance.

 

Les ennemis que vous affrontez vont connaître vos capacités et votre courage, le peuple que vous libérez va être témoin de l'esprit honnête et honorable de l'armée américaine.

 

Dans ce conflit, l'Amérique fait face à un ennemi qui méprise le droit de la guerre et la morale. Saddam Hussein a placé des troupes et des équipements irakiens dans des zones civiles, tentant d'utiliser des innocents, hommes, femmes et enfants comme boucliers humains pour son armée, une dernière atrocité contre son peuple.

 

Je veux que les Américains et le monde entier sachent que les forces de la coalition feront tous les efforts possibles pour épargner des civils innocents. Une campagne militaire sur le terrain difficile d'un pays aussi grand que la Californie pourrait être plus longue et difficile que certains le prédisent.

 

Aider les Irakiens à devenir un pays uni, stable et libre va requérir notre engagement de tous les instants. Nous venons en Irak avec respect pour ses citoyens, leur grande civilisation et les religions qu'ils pratiquent. Nous n'avons pas d'autre ambition en Irak que d'écarter une menace et remettre le contrôle de ce pays entre les mains de son propre peuple.

 

Je sais que les familles de nos soldats prient pour que tous ceux qui sont engagés rentrent dans leurs foyers sains et saufs rapidement. Des millions d'Américains prient avec vous pour la sécurité de ceux que vous aimez et pour la protection des innocents. Pour ce sacrifice, vous avez la gratitude et le respect du peuple américain et vous pouvez être assurés que nos forces armées seront de retour dans leurs foyers dès que leur tâche sera accomplie.

 

Notre nation s'engage dans ce conflit à contrecoeur mais nous sommes sûrs de nos objectifs. Les peuples des Etats-Unis, de nos amis et alliés ne vivront pas à la merci d'un régime hors-la-loi qui menace la paix avec des armes de destruction massive.

 

Nous allons maintenant éliminer cette menace avec nos forces terrestres, aériennes, maritimes, nos gardes-côtes et nos Marines de façon à ce que nous n'y soyons pas confrontés à l'avenir avec nos pompiers, policiers et médecins dans les rues de nos villes.

 

Maintenant que le conflit a commencé, la seule façon de limiter sa durée est d'appliquer une force décisive. Et je vous assure que ce ne sera pas une campagne de demi-mesures et que nous n'accepterons pas d'autre issue que la victoire.

 

Mes chers compatriotes, les menaces qui pèsent sur notre pays et le monde seront éliminées. Nous traverserons cette période de périls et propagerons la paix. Nous défendrons notre liberté. Nous apporterons la liberté aux autres. Et nous vaincrons.  

 

Que Dieu bénisse notre pays et tous ceux qui le défendent.

 

Saddam Hussein défie les Américains, appelle à la résistance  

 

 

BAGDAD, 20 mars (AFP) - Le président irakien Saddam Hussein a défié les Etats-Unis jeudi sur les écrans de la télévision irakienne, peu après la fin des premiers bombardements américains sur Bagdad, appelant son peuple et les Arabes à la résistance en leur promettant la victoire.

 

"Le diable sera vaincu", "nous allons résister aux envahiseurs", a dit Saddam Hussein, dans une allocution diffusée par la télévision de la Jeunesse, qualifiant les Etats-Unis de "tyran du siècle".

 

La diffusion de ce discours est intervenue un peu plus d'une heure après la fin des premiers bombardements américains sur Bagdad. Il était impossible de savoir si le discours était prononcé en direct ou s'il s'agissait d'un message enregistré.

 

Le président irakien est apparu assis derrière une table, en tenue militaire et portant un béret noir ainsi que des lunettes de vue, lisant le texte de son discours en articulant calmement son discours émaillé de références à la gloire ancienne des Arabes.

 

"Vous allez remporter la victoire sur vos ennemis", a-t-il promis aux Irakiens, estimant que cette résistance se plaçait "dans la cadre de la lutte de la nation arabe contre un complot américano-sioniste".

 

Il a qualifié la guerre contre son pays de "crime contre l'humanité" commis par le président américain George W. Bush.

 

Le président irakien avait rejeté un ultimatum de 48 heures du président George W. Bush le sommant de partir en exil.

 

Dans son allocution, il a commencé par dire qu'il n'avait "pas besoin de rappeler aux Irakiens ce qu'il faut faire ou ne pas faire face à l'agression".

 

"Vous serez, dans tous les cas, victorieux sur vos ennemis qui sont couverts d'opprobre et d'ignominie", a-t-il dit.

 

Il a ensuite déclamé des vers d'un poème de la littérature classique arabe vantant le passé héroïque des Arabes, les appelant à "brandir les épées", avant de proclamer que "l'Irak sortira victorieux".

 

Le chef de l'Etat irakien a fini son discours d'une dizaine de minutes par les habituels "Allah Akhbar (Dieu est grand), vive l'Irak et vive la Palestine".

 

La télévision de la Jeunesse est une chaîne satellitaire dirigée par Oudaï, le fils aîné du président irakien.

 

Peu avant la diffusion du message, la réception de la chaîne avait brièvement interrompu ses programmes, pour ensuite les reprendre.

 

Le présentateur de cette télévision a alors répété à plusieurs reprises que le chef de l'Etat irakien devait adresser un discours "important et historique" à la nation.

 

La radio d'Etat irakienne a, elle aussi, adopté un ton de défi, annonçant que l'Irak deviendrait un "cimetière pour les envahisseurs".

 

"Par Dieu, les envahisseurs mercenaires ne passeront pas. Ils ne connaîtront que l'échec. La terre de l'Irak continuera à être pure (...) Longue vie à l'Irak et longue vie au président Saddam Hussein", a affirmé le commentateur sur les ondes de la radio irakienne.

 

La guerre contre l'Irak a commencé jeudi matin peu avant l'aube avec plusieurs séries de bombardements américains sur la périphérie de Bagdad, peu après l'expiration de l'ultimatum du président George W. Bush sommant le président irakien Saddam Hussein de s'exiler.

 

@+

Link to comment
Share on other sites

Salut

 

Chirac "regrette" l'action engagée "sans l'aval des Nations Unies"  

 

PARIS, 20 mars (AFP) - Jacques Chirac a déclaré jeudi que "la France regrette" l'action engagée contre l'Irak "sans l'aval des Nations Unies" et "souhaite que ces opérations soient les plus rapides et les moins meurtrières possible", quelques heures après le déclenchement des opérations militaires américaines.

 

"Quelle que soit la durée de ce conflit, il sera lourd de conséquences pour l'avenir", a prévenu le chef de l'Etat, dans une déclaration solennelle à la presse.Reconnaissant que les efforts de la France pour empêcher la guerre "n'ont pas abouti", Jacques Chirac a appelé la communauté internationale à retrouver son unité après les déchirures provoquées par la crise irakienne.

 

"Demain, il faudra nous retrouver, avec nos alliés, avec toute la communauté internationale, pour relever ensemble les défis qui nous attendent", a-t-il dit, plaidant pour "l'action collective", "dans le cadre des Nations Unies, seul cadre légitime pour construire la paix, en Irak comme ailleurs".

 

Il a également appelé l'Union européenne à "prendre conscience de la nécessité" d'une politique étrangère et de "défense commune crédible". "La France ne se résigne pas à ce que l'Europe reste inachevée", a déclaré le président français.

 

"C'est à la réalisation de cette ambition, au service de la paix et de la prospérité, que la France appelle ses partenaires de l'Union européenne comme ceux qui vont y adhérer", a ajouté Jacques Chirac qui, dans la soirée, devait retrouver les Quinze à Bruxelles pour un sommet européen dominé par la crise irakienne.

 

Le chef de l'Etat a affirmé que les pouvoirs publics étaient "vigilants et entièrement mobilisés" sur les conséquences de la guerre en Irak et a demandé au Premier ministre Jean-Pierre Raffarin de réunir le gouvernement.

 

"Qu'il s'agisse de la sécurité, de l'économie ou de notre cohésion nationale, je veux vous dire que nous sommes vigilants et entièrement mobilisés", a-t-il assuré.Cette réunion du gouvernement devait avoir lieu ce jeudi à 12h30 à Matignon

 

@+

Link to comment
Share on other sites

Moi je dis que Chirac a fait une boulette en disant qu'il voulait utilisé son Veto ... le penser, oui, mais pas le dire !

mais ce qui est fait est fait, (et ce qui est fait n'est plus à faire => mais là on s'en f***)

Link to comment
Share on other sites

Salut

 

Mon avis... C'est Saddam qu'a provoqué le declenchement.

Cette imbecile a detruit ces missiles (sa seul survie si équipé d'une tete chimique ou atomique) et a dit qu'il degagerait pas.

Chirac a rien pu faire puisque y'avait pas de veto a engagé.

Vision sur le guerre : Tres rapide max 1 semaine les ricains vont envahir rapidement aujourdhui ou demain la ils matent voir si le chat dort ou est mort pour eviter de ce prendre une bombe chimique ou atomique dans la tronche.

 

@+

Link to comment
Share on other sites

Concretemen l'armùée irakienne... ben y'a plus d'armée irakienne ! :(

 

Alors toutes ces troupes ricaines pour moi c plus du cinema pour les ricain tranquille a mater la guerre depuis chez eux comme y matteraient n'importe quelle film, les ricains auraient envoyé juste quelque millier de troupes au sol ca aurait largement suffit, les attaque par avion alors alors que l'irak n'en a meme plus un seul en etat de marche si c'est pas du foutage de gueule ...

 

enfin bon c mon avis perso.

Link to comment
Share on other sites

c'est pas sur que ça se passe aussi facilement que tout le monde le croit

ça va peut etre finir en gerilla hurbaine comme au vietnam au en somalie

seul le futur nous le diraviolent2.gif

violent30.gif

Link to comment
Share on other sites

Cygale :on est pas sur un forum orthographe parceque si tu t'amuse a faire ça sur tous les post , il va faloir te faire embaucher par blue hardwarecool.gif

:D

Link to comment
Share on other sites

Please sign in to comment

You will be able to leave a comment after signing in



Sign In Now
 Share


×
×
  • Create New...