Jump to content
Forums BHmag.fr
Sign in to follow this  
cygale

L'horreur est toujours vraie (il n'y a pas de guerre propre)

Recommended Posts

si ce message est censuré, je réclame que tous les avatars pro ou anti guerre soient interdits, car ce message n'est rien de plus que les sous entendu de ces avatars ;-)

 

 

Parce que mon avatar est trop petit pour dire ce que j'ai à dire, voilà :

 

Il n'y a aucune guerre propre. Rien n'est fini. Le dernier rapport du 14 avril 2003 compte entre 1373 et 1786 civils assassinés en Irak par des attaques de bombardement des USA. Les secteurs les plus fortement bombardés n'ont pas encore finis d'être comptabilisés, les corps des personnes exhumées ont été comptées. 100 blessés civils arrivent chaque heure dans les hôpitaux: enfants avec leurs bras arrachés à l'air comprimé, des gens mutilés et brûlés.

 

Après 12 ans de sanctions, les hôpitaux en Irak ont été arrêtés, là ne sont disponible aucun traitement contre la douleur, les opérations sont exécutés sans anesthésie. Les enfants blessés que vous voyez dans les photos peuvent seulement être bandés et se retourner dans leurs lits pour souffrir. Oubliez le petit garçon ci-dessus couvert de brulûres. S'il est encore vivant comme vous lisez ceci, au moins une semaine après que la photo ait été prise, il crie sûrement toujours.

 

Dans ce pays de 26 millions de personnes, il n'y a pas d'eau potable, pas de nourriture ni d'électricité dans beaucoup de villes. C'est exclusivement la faute de l'invasion et des sanctions. Les attaques continuent dans les banlieues de Bagdad, de Tigriti et du nord de l'Irak.

 

La plupart des citoyens du monde connaissant cette invasion sont des criminels. La moitié des Etats-Unis, même dans des scrutins conservateurs, a manifesté contre cette invasion. Les fonctionnaires des Etats-Unis et du gouvernement britannique, y compris beaucoup de fonctionnaires militaires et de l'administration, sont sortis dans la rue pour protester contre cette invasion. Des millions de personnes, dans toutes les grandes villes de la planète, y compris aux USA, protestent toujours quotidiennement.

 

Le 7 avril 2003, la Croix Rouge signale qu'en raison du bombardement anglo-américain "Bagdad et les hôpitaux de Bassora débordent de blessés civils". Qui ne sait pas ces choses? Il doit y avoir quelque chose qui passe mal dans votre télé, peut-être parce que les chaînes que vous regardez sont possédés par les mêmes compagnies qui profitent de cette tragédie.

 

Cette invasion n'est pas un jeu, il y a des gens sous ces volutes de fumée sur CNN. Cette invasion n'a rien à faire de la liberté irakienne, les personnes libérées sont blessées ou tuées par leurs "libérateurs". Cette invasion n'est pas dûe aux armes de destruction massive (autres que celles que les USA déploient dans les villes de l'Irak). Cette invasion n'est pas dûe à la sûreté de l'Amérique. D'ailleurs cet acte d'invasion assure une montée du terrorisme en Amérique.

 

Cette invasion est une ralité par la volonté d'un mégalomane qui a été illégalement nommé président, et contre l'opinion majoritaire des citoyens du monde. Lui et ses amis effectuent leurs plans pour construire un empire global tout en installant une police maintenant le peuple sous la peur comme ici aux Etats-Unis.

 

Chaque fois que la télé vous montre une volute de fumée et parle de la logistique militaire comme si c'était des feux d'artifice, les bâtiments sont éclatés et tombent dans les rues, les maisons écrasent les familles qui habitent dedans, les enfants crient et meurent, les gens sont terrifiés, tout ce qui est vivant est tué ou blessé.

 

Quand les médias parlent de l'infrastructure militaire, ce qui se produit réellement c'est que les gens sont sans électricité et arrosés de bombes. Considérez un instant que dans votre ville vous subissiez la même "libération", considérez également le jet continuel des explosions hasardeuses tuant vos amis et votre famille. Où est votre identité? Où est votre liberté?

 

La pensée critique est un signe évident d'intelligence. Si après que vous ayez connaissance de toute l'information disponible, vous croyez toujours que ce massacre a quoi que ce soit à voir avec la liberté irakienne, vous êtes tout simplement un imbécile. Je crois fermement que nous vivons dans un âge où la complicité sans chercher activement la vérité, est un acte coupable. Il y a beaucoup trop d'enjeux et le monde est maintenant absolument anesthésié. Ainsi si vous n'êtes pas disposé à vouloir affronter la réalité en face, aller, soyez gentils et apportez-nous le flingue.

 

 

Le photographe Laurent Van der Stockt, de l'agence Gamma, sous contrat avec le New York Times Magazine, accompagné par Peter Maas, le rédacteur de ce même journal, a suivi pendant trois semaines la progression du 3/4 marines (4e régiment, 3e bataillon) jusqu'à la prise de Bagdad, le 9 avril. Né en Belgique en 1964, Laurent Van der Stockt travaille essentiellement dans les zones de conflit : première guerre du Golfe, Yougoslavie, Afghanistan, Tchétchénie, Afrique, territoires occupés. Il témoigne.

 

"Tout commence à la frontière entre le Koweït et l'Irak. Je force le passage et j'arrive à Safouane. Des soldats américains prennent l'initiative de déchirer des portraits de Saddam Hussein, dans la rue principale, devant des habitants dont la joie s'évanouit. Ils n'imaginent pas un instant que c'est aux Irakiens de le faire. Que c'est une humiliation. Ces mêmes soldats, trois semaines plus tard, déboulonneront la statue de Saddam, à Bagdad...

 

Je comprends que la stratégie générale des marines est de ne pas perdre de temps. Dans les villes traversées, il faut faire une démonstration de force et reprendre le chemin, monter le plus vite possible par l'est, par le désert, sans contact avec la population. On a du mal à réaliser à quoi ressemble une armée qui progresse dans les sables. Une fourmilière. C'est plus qu'une ville en marche, c'est un monde dont on ne voit jamais les extrémités. C'est une armée de César, ultramoderne, mécanique.

 

Les premiers jours, avec des confrères du New York Times et de Newsweek, j'essaie de suivre les convois en 4 × 4, dans une sorte de jeu de cache-cache. A ce moment, nous passons beaucoup de temps avec les 1 500 marines du 3/4 dirigé par le colonel Bryan P. McCoy. Ses hommes nous donnent de l'eau, de l'essence, de la nourriture. En échange de leur tolérance, nous respectons les règles ne pas dépasser le convoi, de camper à tel endroit. On est tout juste tolérés. Le colonel voit bien que les "quelques rigolos se comportent bien". Il sait que nous avons connu plus de guerre que ses troupes.

 

Pour McCoy, nous sommes sans doute déjà intéressants. On pourra raconter son histoire. Une confiance s'installe. Nous avons le droit de monter en tête du convoi. Les marines sont généralement moins favorisés que l'armée. Ils sont préparés pour les sales boulots, les moins honorifiques. Ils ont les tanks les plus vieux, des fusils M16 les moins modernes. Ils traduisent eux-mêmes USMC (United States Marine Corps) par United States Misgodded Children : les enfants perdus, oubliés de Dieu, des Etats-Unis.

 

Leur devise est "Search and kill" (Chercher et tuer). L'unité "kilo" se surnomme "kilo killer". Sur les chars sont peints les mots "Carnivore" ou "Blind Killer" (tueur aveugle). McCoy peut lâcher, dans un sourire, "Shame on you" (honte à toi) au sniper qui vient de lui dire : "I've got eight sir, but only five" ; littéralement : J'en ai eu huit, mais seulement cinq, ce qui signifie : J'en ai touché huit, mais seulement cinq sont vraiment morts.

 

Je n'ai jamais vu une guerre avec aussi peu de "retours". L'armée irakienne est fantôme, quasi inexistante. En trois semaines, je n'ai vu de l'adversaire que quelques roquettes, quelques tirs de balles, des tranchées désertées avec un soldat irakien mort à côté d'un morceau de pain et du vieux matériel. Rien qui concrétise une vraie confrontation, rien de comparable à la démesure des moyens américains.

 

Le 6 avril, nous sommes à la périphérie est de Bagdad, devant un pont stratégique que les Américains appellent le Bagdad Highway Bridge. Les zones habitées sont plus nombreuses. Les snipers américains ont reçu l'ordre de tuer tout ce qui avance vers eux. Cette nuit-là, un adolescent qui traverse le pont est abattu.

 

Le matin du 7 avril, les marines décident de franchir le pont. Un obus tombe sur un véhicule blindé. Deux marines sont tués. Le passage prend une allure tragique. Les soldats sont stressés, fébriles. Ils crient. Pour ma part, je considère que le risque n'est pas majeur et je suis le mouvement. Eux hurlent, se crient les ordres, leurs positions, entre le fantasme, la mythologie, le conditionnement. L'opération se transforme en passage du pont de la rivière Kwaï.

 

Après, c'est une portion de terrain ouverte, ils progressent et prennent position, cachés derrière des buttes de terre. Ils sont toujours très tendus. Une petite camionnette bleue se dirige vers le convoi. Trois tirs de sommation, pas très ajustés, devraient la faire s'arrêter. La voiture continue de rouler, fait un demi-tour, se met à l'abri, revient doucement. Les marines tirent. C'est confus, ils tirent finalement de toutes parts. Des "Stop the fire !" (cessez-le-feu) sont criés. Le silence qui suit est accablant. Deux hommes, une femme viennent d'être criblés de balles. C'était ça l'ennemi, la menace.

 

Une deuxième voiture arrive, le scénario se répète. Les passagers sont tués net. Un grand-père marche lentement avec sa canne, sur le trottoir. Ils le tuent aussi (photo ci-dessus). Comme la veille, les marines tirent sur un 4 × 4 qui longe la berge du fleuve, s'approchant trop près d'eux. Criblée de balles, la voiture part en tonneau. Deux femmes et un enfant en sortent, miraculés. Ils se réfugient dans une masure. Elle est volatilisée quelques instants plus tard par un tir tendu de char.

 

Les marines sont conditionnés pour atteindre l'objectif à tout prix, en restant vivant, face à n'importe quel ennemi. Ils abusent d'une force inadaptée. Cette troupe aguerrie, suivie de tonnes de matériel, appuyée par une artillerie extraordinaire, protégée par des avions de chasse et des hélicoptères ultramodernes, tire sur des habitants qui n'y comprennent rien.

 

J'ai vu directement une quinzaine de civils tués en deux jours. Je connais assez la guerre pour savoir qu'elle est toujours sale, que les civils sont les premières victimes. Mais comme ça, c'est absurde. 

 

Au moment le plus dur, la personne qui montre le plus d'humanité est un nommé Doug. Il fait de vrais tirs de sommation. A 800 mètres, il peut toucher un pneu, puis le moteur si cela n'a pas suffi. Il sauve dix vies en deux heures en faisant rebrousser leur chemin à des civils qui viennent vers nous.

 

Des soldats, désemparés, disent : "Je ne suis pas préparé à ça, je ne suis pas venu ici pour tirer sur des civils." Le colonel oppose que les Irakiens utilisent les habitants pour tuer des marines, que "des soldats sont déguisés en civils, que des ambulances commettent des attentats".

 

J'ai emmené en voiture une fillette qui avait l'humérus transpercé par une balle. Enrico la tient dans ses bras. A l'arrière, le père de la fillette protège son petit garçon blessé au torse et qui est en train de perdre connaissance. L'homme dit au docteur, à l'arrière des lignes, à l'aide de gestes : "Je ne comprends pas, je marchais en tenant mes enfants par la main. Pourquoi n'avez-vous pas tiré en l'air ? Ou même sur moi ?"

 

Dans Bagdad, McCoy accélère la marche, ne prends plus le temps de faire fouiller maison après maison. Il veut arriver au plus vite sur la place du Paradis. Les marines ne tirent pas sur la population qui grossit. Le parcours se termine par le déboulonnage de la statue de Saddam. Il y a plus de journalistes que de Bagdadis. Les cinq millions d'habitants sont restés dans leurs maisons.

 

Propos recueillis par Michel Guerrin pour le monde

http://www.lemonde.fr/imprimer_article_ref...-316593,00.html

Share this post


Link to post
Share on other sites

Pfff, quel ramassis de rumeurs invérifiables (et invérifiées) et de contre-vérités. :roll:

 

Je n'ai ni le temps ni l'envie de démonter une à une ces billevesées mais j'invite ceux qui liront cela à faire preuve d'esprit critique et à ne surtout pas prendre pour argent comptant tout ce que raconte la presse de gauche.

Share this post


Link to post
Share on other sites

fermeture

Share this post


Link to post
Share on other sites
Guest
This topic is now closed to further replies.
Sign in to follow this  

×
×
  • Create New...