Jump to content
Forums BHmag.fr
petitpadawan

bruit d'un video projecteur!

Recommended Posts

Bonjour tout le monde je voulais juste savoir si 27 decibel pour un videoprojecteur c'est bruyant et est ce genant lors d'un film?

QU'EST-CE QUE TU DIS ?!!!

 

 

 

(je suis DEJA dehors)

Share this post


Link to post
Share on other sites
0 dB intérieur d'un studio d'enregistrement

 

30 dB murmures à 3 mètres

 

45 dB ambiance d'un bureau

 

60 dB conversation à 1 mètre

 

80 dB rue passante

 

100 dB marteau piqueur à 2 mètres

 

120 dB concert de rock

 

135 dB seuil de la douleur

 

200 dB fusée au décollage

 

source

 

voila qui devrait te repondre :)

 

Si tu n'entends pas ce que dit Data, c'est normal car il est loin..loin............tres loin :frenchy:

Share this post


Link to post
Share on other sites

hein ?

Share this post


Link to post
Share on other sites
hein ?

deuh ?

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bizarre tes chiffres le gueu, normalement le seuil de douleur est à 120 dB, voire même 100 dB (enfin, c'est pas le sujet) :lapin:

Share this post


Link to post
Share on other sites
Bizarre tes chiffres le gueu, normalement le seuil de douleur est à 120 dB, voire même 100 dB (enfin, c'est pas le sujet) :lapin:

ce ne sont pas mes chiffres :lapin:

Share this post


Link to post
Share on other sites

27db pour un vidéo-projecteur c'est très peu. Il n'y aura aucune gêne à l'utilisation.

 

Enfin pour autant que, comme c'est le cas habituellement, la mesure ait été effectutée à une distance de 1 mètre. Parce que si c'est 27db à 15 mètres .... :D

Share this post


Link to post
Share on other sites

Pour avoir eu 6H00 de cours sur la surdité ,le seuil de douleurs est de l'ordre de 110 à 120db.La surdité "immédiate" survient si vous étes exposé à 130db à une distance d' 1m50 pendant 2min.

 

Fin du HS

Share this post


Link to post
Share on other sites

Les bruits mesurés correspondent aux valeurs au dessus du seuil moyen. Celui-ci est d'environ 30 db. Pour parvenir en dessous de ce seuil, il faut créer des pièces spéciales, dites sourdes, avec des matériaux et une architecture complexe. Un studio d'enregistrement n'est pas à 0 db, car alors on entendrait tous les bruits électriques et électroniques, ainsi que la résonnance de matériaux, sans même parler des bruits corporels (battements de coeur, pulsation du sang dans les veines et artères, digestion...). En général, les studios d'enregistrement sont composés de cellules séparées par des cloisons isolantes phoniques à 0 db, mais le taux de réverbération à l'intérieur de ces cellules est d'environ 30 db, justement pour couvrir ces bruits "parasites".

 

Quand on dit qu'un appareil émet une nuisance sonore de 27 db, il s'agit du bruit perceptible, c'est à dire au dessus du niveau de bruit moyen. En réalité, il émet environ 57 db. Cette valeur est mesurée à l'aide d'un micro unidirectionnel placé à un mètre, capable de capter un bruit blanc (c'est à dire toute la gamme des fréquences audibles). Il n'y a qu'en accoustique audio (enceintes Hi-Fi, médical) que cette mesure est effectuée en chambre sourde. Il s'agit donc de valeurs exactes.

 

Ceci explique la différence d'appréciation sur le seuil de la douleur :

 

- 135 db en valeur exacte, 105 db en valeur moyenne (135 - 30). Ces deux valeurs doivent être comprises en milieu ambiant, c'est à dire que le bruit est mesuré à 1 mètre (1,2 mètre exactement). Par exemple, le son émis par un casque à proximité immédiate de l'oreille est plus dangereux, il faut majorer d'environ 20 db la nuisance émise, et même de 30 pour certains casques fermés ou écouteurs intra-auriculaires).

 

- Il faut aussi considérer les fréquences. Entre 60 hz et 16 000 hz, le seuil est légèrement supérieur. Entre 20 et 60, il est inférieur (mais le danger en concert provient de la suramplification des basses pour compenser les limites de la perception auditive humaine, et ce danger n'est plus limité à l'audition). Entre 16 000 et 20 000 hz, le danger est maximal, au delà, il est négligeable (ultra-sons), et encore au delà, on ne parle plus de la même chose.

 

- Enfin, il faut considérer le temps d'exposition. Plus il est long, plus il y a de risque. Ce temps avant destruction (du tympan, des cartilages souples puis du nerf auditif) est inversement proportionnel au niveau de décibels. Il existe un risque de destruction immédiate, et un risque de destruction progressive. Notre cerveau a développé des stratégies de protection (baisse du niveau de perception, surdité temporaire, migraines, douleur etc.) qu'il faut considérer comme des signaux d'alerte avant la destruction irréversible.

 

Ce qu'il est important de savoir, c'est que l'augmentation n'est pas linéaire. Le volume sonore double environ tous les 3 db. Il y a ainsi une très grande différence entre un son à 27 db et un autre à 30. C'est simple, le second fait deux fois plus de bruit que le premier.

 

27 db, si tu es à un mètre du projecteur, tu vas l'entendre distinctement à chaque silence dans un film. Cela peut-être gênant. A trois mètres, la nuisance sera réduite de moitié, en application de la même loi. Si le projecteur est placé sur une table basse, tu l'entendras plus distinctement que s'il est fixé au plafond, car le son "monte" plus facilement qu'il ne descend.

 

27 db, c'est une valeur moyenne mesurée sur un bruit blanc. Il y a des appareils dont le bruit est plus grave que d'autres pour la même valeur mesurée. La gêne dépend alors de la sensibilité de chacun, mais en général, les bruits aigus sont moins bien tolérés. On peut agir sur la fréquence en plaçant l'appareil sur des supports spéciaux, qui amortissent le bruit (en général, ils provoquent un glissement de fréquences de l'aigu vers le grave et limitent les résonnances, qui s'ajoutent au bruit initial.

 

Le mieux à faire ?

Aller écouter chez un revendeur le bruit produit par l'appareil. Si l'ambiance est bruyante (c'est en général le cas dans un magasin), il suffit de s'aprocher de l'appareil. A quelques centimètres, voilà le bruit qui sera perçu pendant les silences d'un film.

 

Au pif, je dirais un petit ronronnement :lapin:

tout ça pour ça

:frenchy:

Share this post


Link to post
Share on other sites

Tout ça c'est bien gentil, mais les suppositions vont bon train. On dirait que les chiffres et les avis sont donnés au hazard, sans référence solide.

 

Je suis acousticien, spécialisé dans la conception de studios d'enregistrement et de home cinémas depuis une trentaine d'années, dans le monde entier.

Je ne viens pas souvent sur les forums, mais quand il m'arrive de découvrir une abbération, je ne peux pas m'empêcher de répondre, en espérant que ça puisse servir aux visiteurs... Je suis également prof d'acoustique.

 

Quel niveau sonore?

 

On ne joue pas avec le réglage du niveau sonore, on le calibre une fois pour toutes.

Le niveau nominal, pour une seule enceinte, mesuré au point d'écoute central, à partir d'un bruit rose enregistré à 0dBu, doit être réglé à 85dB Spl (Sound Pressure Level). Ceci vaut autant pour les home-cinémas que les salles commerciales.

 

Ce niveau correspond à une puissance de 1 watt délivrée à l'enceinte (87dB/1watt chez THX).

Cela signifie que les crêtes de modulation présentes sur le DVD peuvent atteindre 20dB de plus, soit 105dB. La puissance est alors de 100 watts. Vérifiez que vos enceintes délivrent 105dB (115dB pour le sub).

 

Le signal numérique sur les DVD est généralement encodé en 16 bits, ce qui correspond à une dynamique totale (du son le plus faible au plus fort) de 96dB (6dB/bit).

 

Autrement dit, le son le plus fort étant 105dB, le plus faible sera 105-96= 9dB Spl. Or, ce dernier peut être masqué par le bruit des équipements.

 

Si le projecteur émet un bruit de 27 ou 24 ou même 20dB, n'en déplaise à certains, ça reste énorme! A quoi ça sert de payer cher une installation qui délivre une dynamique de 96dB si on limite celle de la pièce à 78dB ?

 

Quand la scène est bruyante, le son couvre le bruit du projecteur, mais les passages softs, couverts par le bruit des équipements ne seront pas entendus. C'est très important car ça enlève tout le réalisme du programme audio. Au mixage, les ingénieurs du son sont très attentifs à restituer les faibles niveaux (bruits de vêtements, respiration, allumette, main dans les cheveux, etc)...

 

La recommandation UIT-R BS.116-1 précise que le bruit résiduel ambiant ne doit pas dépasser 10dB Spl (courbe NR10). La norme ISO-R1996 dit la même chose, HAA, QTA et THX également.

 

0dB Spl correspond à une pression de 20 micro Pascals. Il existe des locaux, un peu spéciaux il est vrai, ayant un niveau de -12dB, c'est à dire 12dB en dessous du seuil théorique d'audition.

Alors avec +10dB vous n'êtes pas dans l'extrême. C'est d'ailleurs le niveau maximal requis pour la certification THX d'un home cinéma.

 

Pour le projecteur, la solution passe par un caisson fermé et ventilé. Pour le reste, il faut que l'électronique soit dans un sas ou une pièce séparée. Quand à la clim ou la ventilation du local, les gaines doivent présenter une forte section et le débit d'air doit être très lent.

 

Bien sûr, tout le monde ne peut pas s'offrir un local dédié. Mon conseil est de rester cohérent. Il ne sert à rien d'investir dans un équipement onéreux si le local ou l'environnement ne satisfont pas aux critères évoqués. Essayez de perfectionner votre installation et choisissez un produit aux performances adaptées à votre local.

 

Jean-Pierre

Share this post


Link to post
Share on other sites

Dans les grandes lignes je suis assez du même avis que Jean-Pierre sauf sur ce point :

Autrement dit, le son le plus fort étant 105dB, le plus faible sera 105-96= 9dB Spl. Or, ce dernier peut être masqué par le bruit des équipements.

 

Si le projecteur émet un bruit de 27 ou 24 ou même 20dB, n'en déplaise à certains, ça reste énorme!

9db spl c'est vraiment très très peu. En pratique on ne rencontrera jamais un niveau aussi bas dans une habitation.

 

20db spl dans un local d'habitation c'est un silence "normal".

 

Jean-Pierre vit (ou plutôt travaille) dans des studios d'enregistrements, normal qu'il ne se contente pas d'un "silence" à 20db.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Intéressant. Il s'agit des mesures appliquées en salles en vertu de la loi de propagation, en particulier le calibrage du niveau moyen de puissance acoustique (normes THX, TAP etc.).

 

Ensuite, selon JP, il est question de vérifier que les enceintes délivrent 105 dB...

Il s'agit d'une valeur de technicien, en rapport avec la pression acoustique que peut atteindre une enceinte à un seuil de distorsion déterminé.

 

On n'est plus dans le même ordre de mesures. Cette indication n'est jamais portée sur une enceinte. Ce qui est indiqué, et utile, c'est la pression acoustique prélevée (SPL) pour 1 watt à 1 mètre. A ce titre, ce qui est indiqué correspond au rendement de l'enceinte, c'est à dire à son aptitude à délivrer plus de niveau sonore pour la même puissance. Une enceinte qui délivrerait 105 dB est considérée comme une enceinte à très haut rendement, c'est à dire qu'elle délivrera pour 1 watt mesuré en sortie de l'amplificateur plus de 4 fois le niveau sonore d'une enceinte dont le rendement serait de 91 dB. Très intéressant en terme de watts, car il faut environ 8 watts pour doubler la Pa. On comprend donc immédiatement l'avantage de posséder des enceintes à haut rendement (doubler 105 dB avec 8 watts - on atteint 108 dB -, c'est bien plus performant que de doubler 87 dB - soit 90 dB seulement avec 8 watts).

 

On parle parfois de "sensibilité" plutôt que de "rendement", et dans ce ce cas on s'accorde pour dire que le rendement est le niveau maximal de pression acoustique (Pa) délivré par l'enceinte (avant destruction ou à un taux de distorsion donné). C'est donc la sensibilité qui est indiquée sur les enceintes Hi-Fi, et c'est ce dont je parle. En ce sens, pour un particulier, vérifier qu'une source (enceinte) est capable de délivrer une Pa de 105 dB relève du défi. Toutes les enceintes Hi-Fi (dignes de ce nom) sont capables de tenir 105 dB pendant plusieurs heures avant destruction. La question est de savoir quel est le taux de distorsion à ce niveau, et quelle puissance délivrée en watts cela mobilise.

 

Donc, ce que je comprend de ton affirmation, Jean Pierre, c'est que les personnes qui se montent un home cinema ont intérêt, pour une qualité optimale, à choisir des éléments certifiés Home THX.

 

Oui.

 

Petite précision, qui nous ramènera sur la norme : Comme la pression acoustique s'additionne, deux enceintes délivrant 105 dB à niveau nominal, cela représente 108 dB SPL. Fort heureusement pour nos oreilles, chaque fois qu'on double la distance entre la source et le récepteur, ces valeurs s'effondrent (en milieu libre -dehors-, l'effondrement est de 6 dB en moyenne chaque fois qu'on double la distance). Et là, on revient dans l'ordre de mesure acoustique tel que proposé par JP. Les valeurs déterminées par la norme THX correspondent à des minimales qualitatives pour obtenir la certification (105 dB, c'est la norme THX Ultra, dont la seule contrainte sur ce point précis est un taux de distorsion faible).

 

En milieu semi-réverberant, pour déterminer le niveau sonore, on applique l'équation suivante : SPL = SWL + 10 log {(Q)/(4Pi r2) + 4/A} - 0.2 dB

 

SPL est en référence à la pression (Pa)

SWL, en référence à la puissance (Watt)

Q est le facteur de directivité

Pi (tout le monde connait : 3,14)

r est la distance entre la source (projecteur dans le cas qui nous intéresse) et le point de réception (position de l'auditeur)

A est le facteur d'amortissement des matériaux du local d'écoute

 

Il s'agit d'un développement de l'équation de Sabine, tous les acousticiens connaissent.

 

A cela s'ajoutent bien d'autres facteurs, comme le temps de réverbération, les ondes stationnaires etc.

 

En l'occurrence, ce qui préoccupe, c'est la nuisance sonore d'un appareil (le projecteur).

On applique cette règle sur le projecteur en tant que source, et on va en déterminer le niveau sonore. Ensuite, on intègrera ce niveau dans une équation relative à la précédente, établie sur la mesure de la source utile (les enceintes) pour obtenir le niveau de nuisance.

 

Pour le projecteur, la solution passe par un caisson fermé et ventilé.

 

Oui, c'est en effet la solution idéale, à condition que le local d'écoute en vaille la peine.

Si on est obligé de laisser le projecteur sur une table, il y a un truc étonnant, et qui marche : http://www.rt60.net/iso_acoustipad.htm

 

Au niveau d'exigence qui est le tien, JP, parler des recommandations THX n'est pas un luxe. Peut-être cela en amènera t'il quelques uns sur ce forum à se passionner pour le son Haute-Fidélité ?

 

Au final, ma conclusion reste la même...

 

On ne joue pas avec le réglage du niveau sonore, on le calibre une fois pour toutes.

 

Bien tenté, mais :D

 

Chacun sait qu'il y a un potentiomètre sur les pré-amplificateurs (les amplis pour la majorité des gens). Etant entendu que par niveau sonore, j'entends "volume". ;)

Je pense que tu voulais parler de l'accord niveau/sensibilité/bande passante/directivité des enceintes ?

 

...........................

 

Attend un peu... Jean-Pierre ? Acousticien ? Spécialiste depuis 30 ans ? Professeur ?

 

Tu ne serais pas du côté de la Suisse ? Jean-Pierre Sc... ?

 

A moins qu'il faille chercher du côté du château d'Hérouville ?

Share this post


Link to post
Share on other sites

C'est très intéressant tout ça, mais je crois que petitpadawan voulait juste savoir s'il y avait mieux comme projecteur grand-public. Enfin je pense. Faudrait avoir plus de détails sur la configuration de la salle et tout...

 

 

 

Et mes Highland Audio sont à bas rendement, mais ça va très bien avec un ampli qui tient la route ! :bou:

Share this post


Link to post
Share on other sites

Merci Adriatika pour ta réponse.

En fait, mon intention n'est pas de couper les cheveux en quatre, mais plutôt de mettre un peu d'ordre dans les croyances plus ou moins erronées, en donnant aux lecteurs quelques repères fiables et reconnus.

 

Dans une installation home cinéma (pas hifi, c'est différent), le nombre de watts n'est pas un critère significatif. Les gens qui font le son d'un film (post production, mixage, mastering, tranfer, fabrication du DVD) s'appliquent à y faire entrer une plage dynamique bien définie par des normes internationales.

 

Il me paraît souhaitable que l'utilisateur final du produit puisse profiter de ces efforts en entendant tout ce qui est sur le DVD. Pour cela il doit pouvoir produire un niveau sonore de 105dB sans distorsion audible, dans un enironnement sonore où le bruit résiduel ambiant ne dépasse pas 20dB pour une application domestique et moins pour une application professionnelle.

 

Anecdote amusante, THX prescrit l'inverse: 10dB pour une installation domestique et 20dB dans un auditorium pro. Leur raisonnement n'est pas idiot: il s'explique par la différence de volume de la salle et le nombre de personnes qu'elle est supposée contenir. Il serait inutile de chercher à obtenir un NC de 10dB quand les spectateurs générent 20dB.

 

Puisqu'on est dans les anecdotes: Dans certaines productions, le mixage d'un DVD n'est pas le même que celui du film 35. D'ailleurs ça devrait

toujours être le cas. Pour le mixage en 35mm, il arrive que l'ingénieur ajoute volontairement à l'ecoute, un bruit filtré (normalisé) pour simuler le bruit des spectateurs et permettre aux effets sonores softs de "passer au dessus" et ne pas être noyés. Certaines consoles sont équippées d'un générateur spécial pour cet usage.

 

Le niveau utile de 105dB n'est pas mesuré à 1 mètre de l'enceinte mais au point(s) d'écoute en tenant compte de l'absorption de la salle. Les enceintes doivent donc être capable de délivrer un niveau supérieur (toujours sans distorsion).

 

Quand le fabricant de l'enceinte n'a pas peur d'afficher les performances, les valeurs sont données dans la fiche technique du produit.

 

Exemple parmi d'autres:

Maximum long term sine wave acoustic output on axis in half space, averaged from 100Hz to 3kHz: @ 1m > 120dB SPL

Maximum long term RMS acoustic output in same conditions with IEC weighted noise: @ 1m > 116dB SPL

Maximum peak acoustic output per pair @ 2m from listening point with music material :> 124dB

Self generated noise level in free field @ 2m on axis : < 15dBA

Harmonic distorsion at 95 dB SPL @ 1m on axis :

50...100Hz < 1%

100 ... 20kHz <0.5%

 

http://www.genelecusa.com/documents/datasheets/DS1038b.pdf

 

Evidemment, le niveau de référence doit être calibré à 85dB par enceinte, au point d'écoute. Ensuite, on ne touche plus au bouton de volume sauf pour les vérifications avec un disc test, ou avec les plages de calibration si le DVD en comporte. Les ingénieurs du son vérifient ce niveau à chaque nouvelle séance et pour certains, plusieurs fois par jour.

 

Encore un petit mot sur le plot antivibratile Acoustipad. Je l'ai créé il y a 5 ans pour découpler les planchers flottants, mais il marche bien aussi pour les enceintes. Bien sûr, le look est plus rustique que les cones dorés que l'on trouve en hifi, mais il est très efficace avec une résonance autour de 8Hz et un découplage utile à partir de 12Hz, à condition que la charge soit au moins de 100kg pour trois plots. http://www.akustar.com/tech/146_i_pads.htm

 

Je n'impose aucun mode d'utilisation à personne, j'essaie d'expliquer simplement et sans prétention à ceux que ça intéresse, comment tirer le meilleur parti de leur installation.

Jean-Pierre

 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ravi de te croiser sur ce forum. :respect:

 

Effectivement, deux conceptions de la restitution sonore se superposent dans cette discussion : L'accoustique cinéma et salles (et Home Cinema, par extension), et la Haute Fidelité. Perso, j'y trouve bien des avantages, comme la spacialisation améliorée gràce à l'enceinte centrale... Mais ceci est un autre sujet.

 

C'est vrai que le réglage du volume à un niveau dit réaliste se calibre avec précision .Chez moi, le réglage a été fait et enregistré sur la télécommande une fois pour toute. Il comporte cependant 9 réglages différents X 2 : 1. salle pleine, 2. sale vide - commutable avec préreglages DTS, Dolby pour le Home Cinema, échantillonnage 44,1 kHz, échantillonnage 96 kHz + 5 réglages effectués à partir de disques calibrés afin de restituer un niveau réaliste : Acoustique studio, et 4 salles réputées (dont ma préférée, celle du Ph Vienne) - pour la Hi-Fi. Pas simple. D'autant que je n'ai pas toujours la possibilité ni l'envie d'écouter à niveau réaliste, et que même avec ces réglages, le rendu est parfois... Surréaliste ! (je devrais peut-être refaire une calibration sur les voix, par exemple, pour l'opéra ou la variété).

 

Pour les plots (hé hé), on obtient des résultats intéressants même en dehors des normes. Je n'ai pas mesuré, mais "à l'oreille", cela a amélioré plus d'un appareil (utilisation sous meuble) et j'ai même entendu dire que certains l'avaient adapté à l'informatique, avec succès. En tout cas, bravo pour cette réalisation, à laquelle je me suis intéressé peu de temps après avoir testé une réalisation qui profite d'une inspiration comparable pour le regretté Rehdeko.

 

Cordialement

 

 

 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Dans une installation home cinéma (pas hifi, c'est différent) ...

C'est différent en effet, merci de l'avoir dit, c'est un "détail" qui est souvent ignoré.

 

Il me paraît souhaitable que l'utilisateur final du produit puisse profiter de ces efforts en entendant tout ce qui est sur le DVD. Pour cela il doit pouvoir produire un niveau sonore de 105dB sans distorsion audible, dans un enironnement sonore où le bruit résiduel ambiant ne dépasse pas 20dB pour une application domestique et moins pour une application professionnelle.

 

Anecdote amusante, THX prescrit l'inverse: 10dB pour une installation domestique et 20dB dans un auditorium pro. Leur raisonnement n'est pas idiot: il s'explique par la différence de volume de la salle et le nombre de personnes qu'elle est supposée contenir. Il serait inutile de chercher à obtenir un NC de 10dB quand les spectateurs générent 20dB.

Personnellement je trouve que la dynamique est souvent trop grande pour les bandes son de certains films.

 

Je considère que dans le cadre de la bande son d'un film (je ne parle par du tout d'une écoute musicale haute fidélité) une dynamique de 85 ou 90db est bien trop grande et désagréable. Je trouve que 70db est bien assez.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

Loading...

×
×
  • Create New...