Test du boitier APlus Dark Trooper

Il est relativement surprenant de constater comment l’informatique a tendance de nos jours à céder à la mode : écrans plats ultra design, souris et claviers sans fil à en faire pâlir un Picasso, imprimantes (pour certaines) dignes du Bauhaus… L’ordinateur

0

 

La facilité de montage est un point à prendre au sérieux lors de l’achat d’un tel matériel pour éviter d’avoir à passer une soirée entière en tête à tête avec votre nouveau boîtier, qui en plus s’arrangera toujours pour vous couper un doigt (on en rigole mais ça arrive bien trop souvent…) ou pour vous faire chercher désespérément un tournevis (dont vous avez tous les formats sauf le bon), un multimètre, voire un marteau et un burin dans certains cas… Ici nous n’avons heureusement rien rencontré, ou tout du moins presque rien rencontré de tel. Etant donné la taille respectable du boîtier, nous avons pu installer sans aucune difficulté une alimentation Enermax 350 W et une petite carte mère Socket A.

 

Agrandir la photo du A+ Dark Trooper

L’installation des disques durs s’est déroulée sans encombres : les deux Western Digital de 80 Go dotés de rails fournis avec le boîtier se sont parfaitement logés sans les emplacements prévus à cet effet, ce qui représente un gain de temps certain sur la méthode traditionnelle d’assemblage avec des vis. A noter que les disques sont placés perpendiculairement par rapport au boîtier (comme sur les Thermaltake Xaser III ou V), ce qui rend leur installation et extraction beaucoup plus simples.

Nous avons eu néanmoins un peu plus de mal à installer le lecteur ainsi que le graveur DVD. En effet, pour permettre leur installation, la façade doit être retirée, et l’enlèvement de cette façade n’est pas des plus simples : il faut en effet en partie la dévisser pour pouvoir insérer les lecteurs (avec des rails également, ce qui simplifie grandement la tâche, puisque cela évite d’avoir à ouvrir l’autre côté du boîtier).

Il faudra également faire attention à la longueur des nappes IDE : des nappes de 60 voire 90 cm seront sans doute nécessaires (tout dépend de l’emplacement des ports IDE sur votre carte mère). Un autre petit bémol : le lecteur de disquettes ne dispose pas de rails et doit donc se visser, heureusement les vis sont fournies et un seul côté du lecteur a besoin d’être vissé (il est donc inutile de retirer le second panneau latéral).

La fixation des cartes PCI / AGP / PCI-Express s’est quant à elle parfaitement déroulée : il suffit de tourner puis de tirer une petite pièce en plastique, d’insérer la carte, puis de la bloquer avec cette pièce en plastique. A noter que bien que le système ressemble comme deux gouttes d’eau à celui du Xaser III, nous n’avons pas eu de problèmes pour insérer des cartes « larges » telles un tuner TV Hauppauge WinTV Go.

Le seul détail nous ayant réellement dérangé est la façon dont sont disposés les connecteurs du bouton d’alimentation et des différentes LED. En effet, nous avons eu la surprise de ne pas les trouver dans le boîtier, et c’est normal ces derniers sont « cachés » dans la façade (voir photos), peu pratique donc puisqu’il faut soit rivaliser d’ingéniosité, soit démonter cette façade, pour les faire ressortir dans le boîtier, alors que cela aurait dû être fait d’office en usine).

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.