Interview de Gael Duval

Nous avons décidé de nous intéresser cette fois-ci à Mandrakesoft. Nous tenons donc à remercier Monsieur Gaël Duval de nous avoir accordé un peu de son temps pour cette interview.

0

– Comment décide-t-on de sortir une nouvelle version de Mandrakelinux ? Qui décide des logiciels à intégrer par défaut comme Kaffeine au lieu de Totem ou encore Kopete au lieu de GAIM ?

Les sorties sont prévues très à l’avance, pour deux raisons principales : on n’arrive pas dans les rayons de la FNAC ou autres distributeurs en sonnant à la porte un mois avant, mais plutôt huit mois avant. L’autre raison c’est qu’avec les nouveaux produits, cela demande une organisation assez stricte au niveau de la planification des développement. Mais un des points forts de Mandrakesoft c’est aussi sa flexibilité et sa force de réaction : l’année dernière quand il a été décidé de lancer Mandrakemove, il s’est écoulé moins de trois mois avant sa sortie effective.

Concernant l’inclusion de tel ou tel logiciel dans Mandrakelinux, il y a soit des contraintes marketing, soit des demandes venant des utilisateurs et qui ont été approuvées. Il peut arriver aussi qu’un package soit jugé pas assez stable ou problématique par l’équipe de développement et alors il peut être remplacé, mais c’est plutot rare. D’ailleurs, on parle ici surtout des packages installés par défaut, car pour prendre l’exemple que vous donnez, je suis persuadé que tous ces packages sont disponibles pour Mandrakelinux d’un simple click, ou d’un simple URPMI pour les connaisseurs.

– Quels sont, selon vous, les points forts de Mandrakelinux face à Windows ? Et face aux autres distributions assez faciles d’accès telles que Suse ou encore Fedora ?

Face à Window les avantages sont très connus : stabilité, immunité aux virus etc. Malgré les petits défaut de Linux quand on l’utilise en temps que station « desktop » défauts qui au passage se raréfient – il est très difficile de revenir à Windows quand on a trempé dans Linux, car c’est bien plus qu’un système d’exploitation. C’est tout un système, applications comprises, des facilités de mise à jour par le réseau, la sensation d’avoir du solide entre les mains. Et c’est sans même parler de la communauté Linux.

Face aux autres distributions Linux, c’est une question de préférences personnelles… Mais par exemple Mandrakelinux est une des seules distributions Linux dites « commerciales » à proposer des mises à jour officielles même pour ses produits librement téléchargeables. Par ailleurs, Mandrakelinux est très appréciée par son avance dans le domaine du multimédia et des systèmes d’installation et de mises à jour des logiciels par le réseau.

– On constate que Mandrakesoft sort fréquemment des nouvelles versions de Mandrakelinux. Pouvez-vous défendre cette option par rapport à un système constitué de versions plus éloignées dans le temps (mais néanmoins régulièrement mises à jour), épargnant ainsi aux utilisateurs les désagréments provoqués par des réinstallations fréquentes pour disposer de la dernière version ? Par ailleurs, le système de mise à jour (option disponible à l’installation), permettant d’éviter d’avoir à tout réinstaller à chaque nouvelle version est-il fiable dorénavant ?

Nous sommes déjà passés de 3 versions par an à 2 versions par an ! Il est vrai que le logiciel libre progresse si rapidement, que nos utilisateurs nous poussent à sortir de nouvelles versions. Libre à ceux qui ne sont pas excités par les dernières nouveautés d’attendre. Par ailleurs c’est une façon pour nous de respecter un des principes du logiciel libre : « release often, release early ».

Néanmoins, ce système est plus difficile à tenir avec une approche entreprise où l’on a besoin de visibilité sur plusieurs années. C’est pourquoi notre nouvelle version de Corporate Server va sortir deux ans après la précédente. Notre produite Corporate Desktop est également conçu dans cette optique. Et nous garantissons des mises à jour (correctifs de bug et sécurité) pendant toute la durée de vie du produit qui est définie publiquement à l’avance (jusqu’en 2006 pour le précédent Corporate Server qui est sorti début 2003).

– Le très haut débit se démocratisant en France (avec entre autres l’ADSL 2+), un système (simplifié) d’installation et de mises à jour uniquement par internet, dans l’idée de celui de Gentoo, permettant ainsi d’éviter les désagréments du support CD (gravure, obligation de changer régulièrement de CD pendant l’installation où quelconque ajout de RPM …) est-il envisageable pour Mandrakesoft ?

L’installation et les mises à jour par le réseau ne sont pas nouvelles : nous avons été les premiers à le faire avec l’outil MandrakeUpdate en 2000. Mais nous innovons encore dans cette voie puisque sera bientôt disponible un miniCD d’installation de 300 MB qui permettra d’installer un système minimal qui sera ensuite « enrichi » par le réseau.

Cependant avec le DVD Mandrakelinux 10.1 Official, il n’y a pas de changement fréquent de média, et lorsque l’installation est finie, il suffit d’ajouter les sources Internet de la 10.1 (core, contribs, club)… pour pouvoir ensuite travailler uniquement par le réseau.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.