Test du boitier Silver Wizard III

Le Tuning PC est une discipline en plein essor depuis quelque temps. De nombreux fabricants ont ainsi suivi la vague en proposant des produits des plus originaux pour l’époque, puisque devenus presque classiques maintenant, tels que des néons, des boîtier

0

Nous entrons ici dans l’instant de vérité : ce boîtier est-il simple et agréable à monter ? En premier lieu il faut avouer que nous avons été surpris de trouver un mode d’emploi, certes… mais en Allemand. Il nous a fallu quelques instants pour réaliser néanmoins qu’il était en fait traduit en Anglais « phrase par phrase », mais qu’il ne contenait pas un mot de Français.

Ce détail, qui en rebutera plus d’un est néanmoins et malheureusement monnaie courante dans le domaine des composants micro-informatique. Néanmoins l’utilisateur pourra, s’il dispose d’un accès à Internet, télécharger ce mode d’emploi en Français depuis le site de Nanopoint.

Cliquez pour agrandir la photo   Cliquez pour agrandir la photo

Après avoir lu scrupuleusement le mode d’emploi, il est temps de passer au montage proprement à proprement parler. L’installation de la carte mère est relativement aisée grâce au plateau pivotant et amovible intégré au boîtier (cf. photos). Ce dernier, très pratique, permet d’installer une carte mère facilement. Néanmoins l’installation de cartes AGP ou PCI laisse quant à elle plus à désirer. En effet, même le fait de mettre des vis « à main » (ou thumb-screw) pour les emplacements PCI est une excellente idée, la qualité ne suit pas.

Les caches par exemple sont en métal souple, et sont soudés, comme sur les boîtiers bas de gamme, au reste de la carcasse. Il sera donc impossible de remettre un cache si besoin est. De plus, et c’est le problème de loin le plus important, l’agencement des vis laisse fortement à désirer, comme vous pouvez le voir sur la photo ci-dessous : certains pas de vis étant faussés, il nous a été impossible d’en retirer certaines, nous bloquant ainsi des emplacements PCI. Enfin ces vis sont certes « thumb screw », mais un tournevis nous a été souvent nécessaire pour les retirer. :/

Cliquez pour agrandir la photo   Cliquez pour agrandir la photo

Après avoir installé la carte mère et ses cartes PCI et AGP, il est temps pour nous d’installer les disques durs. Comme précisé dans la première partie, des racks amovibles ainsi que des petits radiateurs pour les disques durs sont fournis. Certes c’est une très bonne initiative, mais nous aurions aimé que l’installation des disques dans le rack se fasse sans vis, ce qui n’est pas le cas. De plus un des racks fournis avec le boîtier ne voulait pas bien s’enfiler dans l’emplacement qui lui était dédié. Enfin, la longueur de certains fils intégrés au boîtier étant trop courte (réglage de la vitesse du ventilateur par exemple), il est impossible de retirer le rack inférieur sans les débrancher.

Après les disques durs, il ne reste maintenant plus qu’à installer les unités 5’’ ¼. Pour cela, rien de plus facile car à la manière du Xaser III, ce boîtier dispose de petites glissières se fixant aisément sur l’unité et glissant ensuite dans le boîtier pour enfin se fixer dans celui-ci. Nous n’avons constaté aucun défaut sur ce système qui est vraiment fort pratique.

Cliquez pour agrandir la photo   Cliquez pour agrandir la photo

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.